temoignages

ici sont retranscrits anonymement vos témoignages sans modifications en copié/collé

le 04/06/2016

Je vous explique le pourquoi de mon engagement tardif…

Je sors du premier et seul arrêt de travail en cinq années d’activité acharnée, suite à une opération d’un œil en urgence en janvier dernier.

Dossier envoyé dans les temps au rsi. Retour de leur part à mon ancienne adresse, allers retours de courriers incessants sur des prétextes incroyables, puis un courrier simple nous indiquant que nous ne toucherons rien car le dossier est arrivé trop tard dans leurs services.

J’ai pris conscience de cotiser pour rien, et ne supporte pas de me faire avoir…

De tout cœur avec vous en relayant l’appel à manifester lundi et les futures dates!
Je prendrai sur mon temps libre pour rattraper le retard de production si besoin.

Solidarité !! Il n’y a que comme cela que nous nous ferons entendre, à la paysanne.

08/12/15

Le 21 septembre 2015, je suis allé manifester à Paris parce que je n’en peux plus, parce que je subis leurs dysfonctionnements et leur racket depuis plus de six ans : Défaut d’immatriculation, erreurs de traitement des données, affiliation ubuesque, mises en demeures, huissier et procès…. Et, évidemment, cotisations exorbitantes. J’en ai assez de sacrifier ma santé et ma vie de famille, de me tuer à la tâche pour un niveau de vie à peine correct. Je veux travailler pour vivre, pas pour survivre. C’est pour ces mêmes raisons que je suis allé occuper les locaux des services RSI de quimper ce lundi 8 décembre 2015 avec le C.I.F. Pour essayer d’être entendu, écouté même… Nous avons bloqué l’entrée et, manifesté notre colère. Nous n’avons pas usé de violence. Nous n’avons rien dégradé ni cassé. Nous avons simplement bloqué l’accès aux bureaux. La responsable, est sortie et, est venu discuter avec nous. Elle nous a demandé de lui expliquer pourquoi nous étions là et, quelles étaient nos revendications. Elle a également parlé avec des gens qui venaient dans ses bureaux pour traiter leurs dossiers. Elle s’est rendu compte de ce qu’était la réalité du quotidien des artisans et des petits commerçants. Le dialogue a été utile et constructif. Je lui ai raconté mon « aventure » avec le RSI et, elle m’a écouté. Elle semblait sincère et désolée lorsqu’elle a constatée l’ampleur des dégâts et des dysfonctionnements ainsi que leurs conséquences. Comprenant l’urgence et le ridicule de la situation, elle m’a assuré du fait qu’elle allait personnellement s’occuper de mon dossier afin que celui soit réglé avant la fin de l’année. Je tenais à vous faire part de mon témoignage pour que vous sachiez que rien n’est jamais perdu. Qu’avec de la persévérance, de la motivation et beaucoup de patience et de mobilisation, les choses peuvent changer et évoluer. Il ne faut surtout pas baisser les bras. Il faut continuer à se battre et à se mobiliser jusqu’à ce que notre message passe et, soit écouté. Ça prendra du temps, ça prendra de l’énergie mais, c’est le prix à payer pour qu’enfin les choses évoluent dans le bon sens. Nous sommes Les premiers employeurs de France, nous représentons également un nombre conséquent et important de votes. Les médias commencent à nous entendre et à rendre compte de nos situations et de nos colères ; nos clients et la population sont de plus en plus conscients de nos difficultés et de plus en plus solidaires. C’est pourquoi, nous devons rester mobilisés et continuer à nous faire entendre. Ce n’est que par l’union et la persévérance que nous y arriverons. Bien sûr, je vous tiendrai au courant de ce qui sera effectivement fait concernant mon cas personnel mais, je suis confiant.

08/12/2015

Bonjour j habite Saint martin aux Antilles ici pas de permanence RSI donc la vrai galère! en ce moment ils me rendent fou ! pas de reponse aux email reste dans le vague ou m’envoie voir ailleurs par tel et ne réponde pas à mes courriers à AR .par contre ils encaissent mes cheques pas de soucis ! la sois disans ils n ont pas reçus ma DSI donc mes cotisations calculés sur une base forfaitaire .. j ai pourtant tout fait ce que je pouvais bref j’en peu plus de ces rats .il y a dix ans de ça j ai pas fait mon dossier cotorep apres maladie pro et suis venue aux antilles je me suis demerdé me suis mis a mon compte putain je regrette j aurais du prendre leur pension d’invalidité , les aides …